La numérisation touche également la médecine complémentaire

Ce qui est depuis longtemps la pratique quotidienne des médecins se retrouve également dans le domaine de la médecine complémentaire : le traitement électronique des données des patients.

De plus, depuis juin 2019, l'assurance maladie SWICA propose aux thérapeutes une plate-forme en ligne sur laquelle les patients pourront choisir le thérapeute le plus approprié parmi une liste et prendre rendez-vous via cette plate-forme directement avec eux.

Les thérapeutes qui utilisent déjà un logiciel pour la prise de rendez-vous et la facturation électronique seront contactés par les fournisseurs de logiciels pour savoir s'ils souhaitent activer leur calendrier électronique pour les clients de SWICA.

Les thérapeutes qui ne travaillent pas encore avec un logiciel peuvent s'inscrire auprès d'un partenaire logiciel SWICA ou créer un profil personnel avec un mot de passe personnel sur le portail thérapeutique SWICA et y intégrer leur propre calendrier électronique.

Les thérapeutes utilisant d'autres logiciels seront également informés afin de connaitre les procédures pour se connecter à cette plate-forme.

Depuis l'été 2019, les thérapeutes qui disposent de leur propre calendrier de pratique sur SWICA bénéficient de l'avantage de la facturation directe de SWICA.

Cette information nous laisse perplexes et amène à se poser des questions d’ordre éthique et déontologique. Quelles conséquences la prise de contact indirecte pourrait avoir sur la relation thérapeutique ?

Dans ce sens, nous avons décidé de solliciter la commission d’éthique de notre association afin d’avoir son analyse de la situation (à paraître dans la prochaine newsletter).

Et vous, musicothérapeutes indépendants qui êtes directement confrontés à ces questions, que pensez-vous de la démarche de la SWICA ?

Nous serions heureux de pouvoir publier vos avis dans la prochaine newsletter.

 

Diana Ramette-Schneider, Trad. ALM

 

retour