La musique : une prescription ?

L’Art sous les projecteurs de l’OMS

 

Quiconque regarde le monde en cette période de pandémie remarque rapidement que les gens se jettent à corps perdu dans la force de la créativité : musique, art, danse, cinéma, littérature, jardinage. L'essentiel est que ça fasse du bien. Nous savons tous combien les arts ont un effet positif sur la santé et la prévention. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié à point nommé un travail de revue particulièrement précieuse juste à la fin de l'année dernière.

Les Arts ont été examinés par l’OMS selon une approche fondée sur des critères hautement scientifiques. Un travail de compilation puis d’accessibilité au public s’en est suivi.

Le noyau dur du rapport est une bibliographie de 972 publications. Celle-ci souligne et soutient des données probantes. Parmi ces publications se trouvent 200 revues de littérature, qui résument 3000 études supplémentaires. L'OMS décrit ce travail comme étant l'étude la plus complète de bases factuelles dans le domaine des arts et de la santé.

Le rapport examine diverses formes d'art, notamment :

1. les arts du spectacle (la musique, mais également la danse, le chant, le théâtre et le cinéma)

2. les arts visuels (l’artisanat, le design, la peinture, la photographie)

3. la littérature

4. la culture (visite de musées, de galeries, concerts, représentations théâtrales)

5. les arts en ligne (animation, arts numériques).

 

Réjouissons-nous d’un point de vue musicothérapeutique : la musique a une présence dominante dans ce rapport. Non seulement elle est la plus fréquemment mentionnée (20 fois plus que les autres formes d'art), mais elle est aussi explicitement définie comme étant explorée de manière fondée. Un bon cinquième des sources provient des écrits musicothérapeutiques. Cependant, le rapport ne différencie pas exactement si l’utilisation de la musique intervient dans un contexte musicothérapeutique. En fouillant dans la bibliographie, on remarque également que les recherches musicothérapeutiques auraient pu encore davantage contribuer à ce rapport. En effet, de nombreux travaux n’ont pas réussi à être sélectionnés. Néanmoins, l’étendue de ce travail richement fondé constitue un pas vers l’avenir, en terme de politique sanitaire. Les conclusions soulignent l’importance d’un soutien accru des décideurs dans le domaine de la coopération internationale, de l’échange des connaissances et de la recherche.

"Support the development of long-term policies or strategies that will provide more synergized collaboration between health and arts sectors that could realize the potential of the arts for improving global health".

 

Ci-dessous le résumé du rapport

Quelles sont les preuves du rôle des Arts dans l'amélioration de la santé et du bien-être ? Un état des lieux (OMS, 2019).

Au cours des deux dernières décennies, outre l'évolution des politiques et des pratiques dans divers pays de la Région européenne de l'OMS et au-delà, la recherche concernant les effets des Arts sur la santé et le bien-être s'est considérablement développée.

Ce rapport synthétise les données probantes mondiales du rôle des Arts dans l'amélioration de la santé et du bien-être, en mettant l'accent sur la Région européenne de l'OMS. Les résultats de plus de 3000 études mettent en évidence le rôle essentiel des Arts dans la prévention des maladies et la promotion de la santé, ainsi que dans la gestion et le traitement des maladies tout au long de la vie. Les éléments probants examinés incluent des modèles d'étude tels que des études pilotes (non contrôlées), des études de cas, des études transversales menées sur de petits échantillons, des études longitudinales sur des cohortes représentatives au niveau national, des ethnographies sur une large population et des essais contrôlés randomisés de diverses disciplines.

L'impact bénéfique des Arts pourrait être encore renforcé par la reconnaissance et la prise en considération de ces preuves probantes : en promouvant l'engagement artistique aux niveaux individuel, local et national ; et en soutenant une collaboration transversale. (OMS, 2019)

 

Diandra Russo, trad. ALM

 

Sources :

Rapport de l’OMS, Fiche d’information Faktenblatt (Englisch, pdf)

 

retour