Hommage au Professeur Docteur David Aldridge

 

C'est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès du professeur David Aldridge. Il est décédé en mars 2020 à l'âge de 73 ans, suite à une courte mais grave maladie. Au cours des dernières décennies, de nombreux musicothérapeutes ont appris à le connaître et à l'apprécier en tant qu'auteur, conférencier, enseignant, directeur de mémoire et chercheur - très inspirant -, mais aussi comme un collègue et ami chaleureux, aimant s’amuser et créer.

David Aldridge est né en Grande-Bretagne. Après avoir étudié l'art, il a poursuivi ses études en psychologie, en sciences sociales et en méthodologie de la recherche, pour terminer avec un doctorat. Pour son habilitation, il est venu pour la première fois en Allemagne en 1987, à l'Université de Witten-Herdecke, où il a pu s'enraciner. Dès ce moment, il a enseigné en tant que maître de conférence et directeur de mémoire à la faculté de médecine mais également et surtout à l'Institut de musicothérapie de l'Université de Witten-Herdecke. Il a supervisé d'innombrables mémoires de master et de doctorat dans cette faculté, touchant les domaines variés de la musicothérapie, des sciences infirmières et de la médecine. Détenteur de la chaire Recherche qualitative en médecine, il a aidé certains de ses étudiants à réaliser des publications tant dans les domaines de la musicothérapie que dans celui, très large, du système de soins de santé. Grâce à ses recommandations, certains des doctorants accompagnés ont pu accepter des postes de professeurs dans le monde entier, ce qui lui a permis d'approfondir et de développer ses connaissances.

Pour David Aldridge, il s’agissait non seulement d'interdisciplinarité, mais aussi de liens internationaux. Il a recherché et entretenu une coopération européenne et internationale. Par exemple, il a contribué à la création du cursus Doctorat en musicothérapie à l'Université d'Aalborg. Par ailleurs, il a soutenu la mise en place d’une formation en musicothérapie à Krems. Pendant de nombreuses années, il a également participé à de nombreux congrès internationaux touchant les disciplines de la santé, en siégeant au sein de leurs comités scientifiques. Enfin, il était également membre du comité scientifique consultatif de la Société allemande de musicothérapie.

Soulignons particulièrement les nombreuses publications de David Aldridge : livres, articles, anthologies et contributions à des livres, tant sur la musicothérapie que sur d’autres sujets : médecine et psychologie. Il a approfondi, entre autres, les thèmes de la démence, des soins palliatifs, des Spiritual Care et de la méthodologie en recherche médicale holistique. Il a également créé une base de données sur la musicothérapie et le journal online Music Therapy Today, permettant un accès libre à la connaissance.

Après la fermeture de l'Institut de musicothérapie et de la chaire Recherche qualitative en médecine à l'Université de Witten-Herdecke, David Aldridge et le professeur Lutz Neugebauer créent le centre Nordoff/Robbins de Witten. Jusqu’à dernièrement, David Aldridge y a poursuivi ses travaux scientifiques dans le domaine de la musicothérapie. Pour l’ensemble de ses contributions, David Aldridge a reçu plusieurs prix, dont le Life Time Membership Award, décerné par la World Federation of Music Therapy en 2011.

David Aldridge a été mon enseignant et directeur de mémoire (master), puis mon directeur de thèse et mon collègue à l’Institut de musicothérapie. Pendant cette période, j'ai pu le percevoir comme un penseur brillant, un scientifique qui vibrait pour la science. Par cette attitude, il a réussi à transmettre à de nombreux étudiants et collègues une étincelle d’envie et de curiosité pour la recherche des phénomènes et des processus thérapeutiques.

Dans le cadre de l’accompagnement de ma thèse, j’ai particulièrement apprécié ses impulsions poussant à la réflexion. Il m’a laissé une grande liberté pour explorer, penser et réfléchir, sans jamais me laisser seule. Je décrirais ses qualités de directeur de mémoire comme allant au-delà du simple enseignement. Je parlerai d’un Empowern, d’une habileté - ou, pour reprendre les termes légèrement modifiés du philosophe Khalil Gibran :

« Vos enfants (étudiants) ne sont pas vos enfants (étudiants)… Vous pouvez leur donner votre amour (votre savoir) mais non point vos pensées, car ils ont leurs propres pensées… Vous êtes les arcs par qui vos enfants (étudiants), comme des flèches vivantes, sont projetés. »

 

David Aldridge a également pu vivre cette ouverture et cette liberté en privé. Il s'intéressait aux personnalités individuelles, aux histoires de vie de ses collègues et de ses étudiants. Chaque semestre, par exemple, il invitait ses étudiants chez lui, pour un repas qu'il nous préparait. Car David Aldridge était non seulement un penseur et scientifique brillant, mais également un esthète et un artiste, un jardinier passionné, un photographe et un excellent cuisinier, le tout agrémenté d’une bonne dose rafraîchissante d'humour britannique.

David Aldridge laissera un grand vide dans le paysage musicothérapeutique, mais également dans son cercle privé : partenaire, ami, père, grand-père, arrière-grand-père et collègue. Puissions-nous envoyer ses souvenirs enrichissants et ses pensées inspirantes plus loin dans le monde, telles des flèches vivantes.

 

Friederike Haslbeck, trad. ALM

 

retour