Bilan de la réunion du groupe de travail Thérapies créatives en matière de neuroréhabilitation

Une fois par an, le groupe de travail des art-thérapeutes du domaine de la neuroréadaptation se réunit pour une journée d’échanges. La dernière réunion a eu lieu en novembre 2019 à la clinique de réhabilitation de Bellikon. Elle a abordé la question de savoir comment l'art-thérapie peut continuer à être assurée dans les cliniques de réhabilitation. Comment pouvons-nous nous positionner et maintenir notre statut au sein des cliniques ? En petits groupes, des discussions animées ont eu lieu et diverses idées de solutions ont été rassemblées.

Il semble important que nous nous rendions visibles, que nous présentions bien nos offres et que nous utilisions un langage technique interdisciplinaire approuvé. Le modèle ICF[1] est une bonne base de communication pour toutes les disciplines médicales et thérapeutiques, modèle utilisé dans la plupart des cliniques. Sur la base de ce modèle, il est possible de documenter dans différentes catégories les interventions avec un patient.

Beaucoup d’entre nous souhaitent une meilleure coopération avec d'autres disciplines. Les rapports interdisciplinaires sont un outil important à cet effet. Mais des traitements conjoints avec des thérapeutes d'autres disciplines seraient également les bienvenus. Celles-ci pourraient favoriser la compréhension mutuelle et apporter une valeur ajoutée aux patients.

Les expositions et les concerts organisés à l'intérieur de la clinique pourraient être un autre moyen de nous rendre visibles et audibles. Certains patients aiment souvent montrer ce sur quoi ils ont travaillé pendant leur séjour. À mon avis, ils jouent un rôle très important dans la publicité de l'art-thérapie lorsqu'ils font des rapports aux médecins et qu'ils vantent ses bienfaits.

L'efficacité de notre domaine peut être démontrée par le biais de conférences et de formations continues sur le thème de l'art-thérapie, y compris des articles professionnels et des résultats de recherche.

Bien sûr, tout cela exige beaucoup d'engagement et d'initiative. Cela signifie ne pas perdre courage et cultiver son propre enthousiasme pour la profession. Nos propres activités artistiques ne doivent pas non plus être négligées, car elles peuvent nous aider, nous les thérapeutes, à trouver un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

La réunion du groupe de travail a été un enrichissement pour moi. Il est encourageant de voir que nous sommes tous dans la même situation. Afin de se motiver et de se soutenir mutuellement, il convient d'approfondir la mise en réseau des art-thérapeutes en neuroréadaptation et d'encourager davantage l'échange.

 

Elisabeth Lauper
Musicothérapeute
RehaClinic Kilchberg
Trad. ABL

 

retour


[1] (NdlTr) « La Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé (ICF) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sert de langage unifié transnational et pluridisciplinaire pour décrire la capacité fonctionnelle. La capacité fonctionnelle désigne la santé dans sa globalité – ce que nous pouvons ou ne pouvons pas faire dans notre vie et comment nous vivons, au quotidien, avec notre santé. » Voir www.paraplegie.ch/spf/fr/axes-de-recherche/themes-centraux/glossaire